La liberté et la bonne santé de la société dépendent bien de l’individu et non de la masse. (Fr + Eng)

Image for post

” Une fois pour toutes, mon ami, sachez que je suis l’ennemi irréconciliable de tout gouvernement, quel qu’il soit. J’ai employé ma vie entière à réfléchir sur ce problème et je pense qu’il n’y a pas de circonstance où l’on soit en droit d’attenter à la liberté de son semblable. Toute loi, prescription ou défense, édictée en vue du soi-disant intérêt de la masse au détriment des individus, est une duperie. Que l’individu se développe au contraire dans la plénitude de sa liberté, et la masse jouira d’un bonheur total fait de tous les bonheurs particuliers.” Les naufragés du Jonathan — Jules Verne

Image for post

Sur le même sujet, je conseille la lecture de :

In English:

Freedom and a healthy / flourishing society depend on the individual, not on the masses.

“Once and for all, my friend, know that I am the uncompromising enemy of any government, whatever it is. I have spent my whole life pondering this problem and I believe there is no circumstance in which one has the right to encroach upon the freedom of another fellow man. Any law, prescription or defense, enacted in view of the alleged interest of the masses to the detriment of individuals, is a deception. On the contrary, let the individual develop in the fullness of his own freedom, and the masses will enjoy total happiness made up of all particular happiness.” Les naufragés du Jonathan — Jules Verne

Image for post
www.re-think-now.com

Liberté : l’individu face à la majorité. Les solutions viennent des minorités.

On se sent libre tant que l’on est pas empêché de trouver des solutions à ses PROPRES besoins. 

Tant qu’un individu peut vivre comme la majorité de la population, il n’a pas l’impression d’avoir ses libertés limitées. Tout change lorsque l’individu perd la possibilité d’arranger sa situation, voire même lorsqu’il n’a plus la possibilité de survivre en se conformant aux règles de la majorité.

Dans bon nombre de domaines, l’individu est restreint dans sa progression, il lui est difficile d’être en accord avec lui-même et avec ce qui est naturellement juste (la Loi, et non pas des édictes contre nature). Des règles peuvent empêcher l’individu de se soigner comme il le souhaite, d’avoir une maison…

Ciclet (2019) Essays on open-endedness in law, https://www.re-think-now.com/open-endedness-in-law-pdf/

Les règles imposées par la majorité peuvent être une entrave importante à la réalisation d’un individu. Il faut noter à ce sujet qu’un gouvernement n’est en place qu’avec le soutient même indirect de la majorité.

“Plus le régulateur central ou l’opinion publique est rigide, plus il est difficile pour un individu d’améliorer son propre statut en réalisant les actions nécessaires ou en cherchant en lui-même les solutions nécessaires”

É. Ciclet – www.re-think-now.com/individuals-empowerment/

J’ai réfléchi sur l’exemple du logement lorsque j’ai participé à un concours et ensuite publié sur la crise du logement au Royaume-Uni. Dans ce pays, il est quasiment impossible pour l’individu d’être propriétaire. Les règles attenantes à la construction et à l’organisation du territoire y sont très dures. Le coût des logements atteint des sommets. De signifiantes barrières ont été créées par les masses. Voilà pourquoi le remède, et plus généralement le bon fonctionnement d’une société ne peut être garanti que par le respect de l’individu.

L’individu peut éviter les impasses créées par la majorité. Les petites maisons (tiny houses, micro-maisons) lui donnent la possibilité de sortir des difficultés réglementaires et économiques par ses propres moyens (“empowerment”), et surtout d’organiser et de répondre à ses besoins en utilisant sa créativité. “La créativité et la recherche de solutions à des problèmes potentiellement complexes sont possibles lorsque les solutions ne sont pas hors de portée des individus”.

Ciclet (2019) Empowering potential home owners: The UK should have a ‘small housing’ presumption, Economic Affairs vol 39(1)

Les petites maisons sont bien des instruments d’”empowerment”: elles donnent les moyens. En laissant plus de place à l’initiative individuelle, beaucoup de crises peuvent être résolues. L’individu doit faire plus confiance à ses ressources, et essayer de d’être proactif (approche bottom-up) au lieu d’attendre l’aide d’un régulateur (approche top-down). 

Avec plus d’individus respectant l’individu, la majorité devient plus respectueuse. Par conséquent,   si l’individu n’a pas besoin de contraster la force régulatrice destructive de la majorité, il peut alors dédier plus de ressources à son avancement et donc à l’avancement de la société. Sans l’individu, la société n’est rien. Il n’existe pas de vraies issues sans l’individu.

Réflexions connexes: