Adagio through the day: Effusions of a labbian | No. 4: HYBRIS

Hybridising is he that is brimming with the hyper idea that he can do whichever deed whilst being infallibly persuaded that it is he that has allowed himself to act towards the achievement, which has been commissioned by himself alone, nature being by him scrapped and disallowed.

The hybridiser, or hybrid, is he that gets to doing and disremembers that there must always be a point to pause upon and contemplate the path.

Hybrid is the intellectional item being hyper, beyond the point, not ever contemplating any one thing nor taking it to be a concept, not ever trying to give line to the point and thus belong to that point by line. The hybrid, the hyper, never comes to feel nor know any one point ever. As the hybrid tends not to be a contemplator, a point maker, he then gets the lines crossed, those lines consisting of numerously many a point. Though he may ensconce benchmarks or wayposts for him to stay put, he is nonetheless so much stymied by the line that he must always neglect any points making it. He does not grasp the idea that it is nature that allows him to get items along the way, and that he is allowing merely in virtue of being naturated.

The hybrid is too presumptuous to discern that nature is that which is always going to generate and posit a tide of itself again and again. He is so disdainful that he misses out on himself being naturated all the way long. He is so contemptuous that he is unable to apprehend that each and every point at which he now stands is he. Finally, ironically enough, he does not get the point of him being a hybrid himself—the point that he verily has been afforded nature for him to reach over and be a touchstone listlessly beyond, never caring, never loving, always being pointless.

Liberté: l’individu face à la majorité. Les solutions viennent des minorités.

On se sent libre tant que l’on est pas empêché de trouver des solutions à ses PROPRES besoins. 

Tant qu’un individu peut vivre comme la majorité de la population, il n’a pas l’impression d’avoir ses libertés limitées. Tout change lorsque l’individu perd la possibilité d’arranger sa situation, voire même lorsqu’il n’a plus la possibilité de survivre en se conformant aux règles de la majorité.

Ciclet (2019) Essays on open-endedness in law, https://www.re-think-now.com/open-endedness-in-law-pdf/

Dans bon nombre de domaines, l’individu est restreint dans sa progression, il lui est difficile d’être en accord avec lui-même et avec ce qui est naturellement juste (la Loi, et non pas des édictes contre nature). Des règles peuvent empêcher l’individu de se soigner comme il le souhaite, d’avoir une maison…

Les règles imposées par la majorité peuvent être une entrave importante à la réalisation d’un individu. Il faut noter à ce sujet qu’un gouvernement n’est en place qu’avec le soutient même indirect de la majorité.

“Plus le régulateur central ou l’opinion publique est rigide, plus il est difficile pour un individu d’améliorer son propre statut en réalisant les actions nécessaires ou en cherchant en lui-même les solutions nécessaires” (https://www.re-think-now.com/individuals-empowerment/).

J’ai réfléchi sur l’exemple du logement lorsque j’ai participé à un concours et ensuite publié sur la crise du logement au Royaume-Uni. Dans ce pays, il est quasiment impossible pour l’individu d’être propriétaire. Les règles attenantes à la construction et à l’organisation du territoire y sont très dures. Le coût des logements atteint des sommets. De signifiantes barrières ont été créées par les masses. Voilà pourquoi le remède, et plus généralement le bon fonctionnement d’une société ne peut être garanti que par le respect de l’individu.

L’individu peut éviter les impasses créées par la majorité. Les petites maisons (tiny houses, micro-maisons) lui donnent la possibilité de sortir des difficultés réglementaires et économiques par ses propres moyens (“empowerment”), et surtout d’organiser et de répondre à ses besoins en utilisant sa créativité. “La créativité et la recherche de solutions à des problèmes potentiellement complexes sont possibles lorsque les solutions ne sont pas hors de portée des individus”.

Ciclet (2019) Empowering potential home owners: The UK should have a ‘small housing’ presumption, Economic Affairs vol 39(1)

Les petites maisons sont bien des instruments d’”empowerment”: elles donnent les moyens. En laissant plus de place à l’initiative individuelle, beaucoup de crises peuvent être résolues. L’individu doit faire plus confiance à ses ressources, et essayer de d’être proactif (approche bottom-up) au lieu d’attendre l’aide d’un régulateur (approche top-down). 

Avec plus d’individus respectant l’individu, la majorité devient plus respectueuse. Par conséquent,   si l’individu n’a pas besoin de contraster la force régulatrice destructive de la majorité, il peut alors dédier plus de ressources à son avancement et donc à l’avancement de la société. Sans l’individu, la société n’est rien. Il n’existe pas de vraies issues sans l’individu.

Réflexions connexes: