Liberté: l’individu face à la majorité. Les solutions viennent des minorités.

On se sent libre tant que l’on est pas empêché de trouver des solutions à ses PROPRES besoins. 

Tant qu’un individu peut vivre comme la majorité de la population, il n’a pas l’impression d’avoir ses libertés limitées. Tout change lorsque l’individu perd la possibilité d’arranger sa situation, voire même lorsqu’il n’a plus la possibilité de survivre en se conformant aux règles de la majorité.

Ciclet (2019) Essays on open-endedness in law, https://www.re-think-now.com/open-endedness-in-law-pdf/

Dans bon nombre de domaines, l’individu est restreint dans sa progression, il lui est difficile d’être en accord avec lui-même et avec ce qui est naturellement juste (la Loi, et non pas des édictes contre nature). Des règles peuvent empêcher l’individu de se soigner comme il le souhaite, d’avoir une maison…

Les règles imposées par la majorité peuvent être une entrave importante à la réalisation d’un individu. Il faut noter à ce sujet qu’un gouvernement n’est en place qu’avec le soutient même indirect de la majorité.

“Plus le régulateur central ou l’opinion publique est rigide, plus il est difficile pour un individu d’améliorer son propre statut en réalisant les actions nécessaires ou en cherchant en lui-même les solutions nécessaires” (https://www.re-think-now.com/individuals-empowerment/).

J’ai réfléchi sur l’exemple du logement lorsque j’ai participé à un concours et ensuite publié sur la crise du logement au Royaume-Uni. Dans ce pays, il est quasiment impossible pour l’individu d’être propriétaire. Les règles attenantes à la construction et à l’organisation du territoire y sont très dures. Le coût des logements atteint des sommets. De signifiantes barrières ont été créées par les masses. Voilà pourquoi le remède, et plus généralement le bon fonctionnement d’une société ne peut être garanti que par le respect de l’individu.

L’individu peut éviter les impasses créées par la majorité. Les petites maisons (tiny houses, micro-maisons) lui donnent la possibilité de sortir des difficultés réglementaires et économiques par ses propres moyens (“empowerment”), et surtout d’organiser et de répondre à ses besoins en utilisant sa créativité. “La créativité et la recherche de solutions à des problèmes potentiellement complexes sont possibles lorsque les solutions ne sont pas hors de portée des individus”.

Ciclet (2019) Empowering potential home owners: The UK should have a ‘small housing’ presumption, Economic Affairs vol 39(1)

Les petites maisons sont bien des instruments d’”empowerment”: elles donnent les moyens. En laissant plus de place à l’initiative individuelle, beaucoup de crises peuvent être résolues. L’individu doit faire plus confiance à ses ressources, et essayer de d’être proactif (approche bottom-up) au lieu d’attendre l’aide d’un régulateur (approche top-down). 

Avec plus d’individus respectant l’individu, la majorité devient plus respectueuse. Par conséquent,   si l’individu n’a pas besoin de contraster la force régulatrice destructive de la majorité, il peut alors dédier plus de ressources à son avancement et donc à l’avancement de la société. Sans l’individu, la société n’est rien. Il n’existe pas de vraies issues sans l’individu.

Réflexions connexes:

Empowerment of the individual

In everyday life, the individual faces barriers that may impede them from accomplishing their vital objectives (self-fulfilment).

These barriers may identify with the difficulty to select one’s own best manner to perform a professional activity or to treat a sickness, or the ability to start businesses, having a home, etc.

The more rigid the central regulator or public opinion is, the more difficult it is for an individual to improve his own status by carrying out the necessary actions or by looking into himself for the needed solutions.

Rigidity in a centralised society is hard to eradicate. Generally, possibilities for leaving more leeway for the individual to humanly express himself are discarded because of crippling certainties or because of fear.

Below is an example showing why individual’s empowerment and responsibility are necessary.

Présomption – Presumption

The English version is below the French one.

Notre société requiert beaucoup de réflexion. Il faut essayer de ne pas faire preuve de PRESOMPTION, car la réalité est complexe et difficile à exposer. Le mot “présomption” n’a pas seulement une connotation négative. Il faut essayer d’éviter la présomption qui dérive de l’IGNORANCE ou de l’EMPRESSEMENT et qui se présente comme une vérité INDISCUTABLE.

Étymologiquement, présomption inclue l’idée d’une chose considérée comme ALLANT DE SOI (‘taken for granted’ en anglais). Cependant, le problème est que la chose peut seulement correspondre à des APPARENCES.

Dans la recherche de sens, il est facile de faire preuve de présomption car des mécanismes complexes et requérant beaucoup d’étude sont souvent vulgarisés de manière grossière; et cela porte préjudice à la conclusion que quelqu’un pourrait en tirer. La présomption peut donc découler d’un effort explicatif superficiel du fait d’une lacune, mais aussi de la volonté d’atteindre certaines conclusions.

Un autre piège est qu’une pensée soit présentée comme indiscutable car beaucoup de personnes y adhèrent.

Même avec de bonnes intentions, notre présomption, se manifestant par notre ignorance ou notre empressement, peut créer de la VIOLENCE.

La violence peut être quasiment imperceptible et se manifester par le REJET: le rejet de l’expression d’autrui. Par exemple, une personne faisant preuve de présomption n’acceptera pas qu’une autre personne exprime sa réflexion, ou présentera un certain dédain envers une pensée qu’elle n’a pas ou pas assez considéré. La présomption est donc aussi liée à l’ARROGANCE ou HYBRIS.

La violence peut se manifester par l’IMPOSITION. Outre le manque d’ouverture des personnes faisant preuve de présomption, la présomption peut mener à une forme de violence plus sévère: l’imposition. Souvent l’imposition est présentée comme la réalisation de l’INTERET GENERAL. Ce déguisement est bien pratique, mais il ne peut y avoir d’imposition pour le soi-disant intérêt général. Imposer en faveur de l’intérêt général sert en fait des intérêts particuliers. Il ne peut en aller autrement lorsque le pouvoir est CENTRALISÉ. Par ailleurs, l’imposition générale revient à anéantir l’individu, ses aspirations et ses différences. Nous sommes tous différents, et nos différences doivent être respectées. La présomption ayant la forme d’imposition est très grave. Elle correspond à une ARROGANCE DESTRUCTRICE. La présomption est à la base de toute REVOLUTION, une revolution étant un projet ayant pour but de substituer un pouvoir par un autre.

Presumption

Our society calls for attentive examination. We should refrain from being presumptuous because reality is intricate and thereby arduous to expound. The word presumption evokes not only a foul vibration. We should abstain from the presumption which derives from IGNORANCE or HASTE and presents itself as INDISCUSSIBLE truth.

Etymologically, presumption involves the idea of ​​something TAKEN FOR GRANTED. However, the problem is that the thing can only correspond to APPEARANCES.

In the quest for meaning, it is alluringly facile to be presumptuous because complexities are often vulgarised instead of being deemed worthy of attentional depth. Vulgarisation damages discernment. Presumption arises not only from a shallow explanatory effort due to a lacuna but also from yearning for reaching certain conclusions.

The trap is that a thought is presented as indisputable because many people buy into it.

Under the guise of laudable intentions, our presumption, emerging from our ignorance or haste, generates VIOLENCE.

Violence can be barely perceived and manifest itself as REJECTION. Rejection of perspectives different from our own. For example, a person drenched with presumption will dismiss other voices than his own, or denigrate a thought he has never considered. Therefore, presumption links to ARROGANCE or HYBRIS.

Presumption can lead to a more severe form of violence: IMPOSITION. Which is often offers as fulfilment of the GENERAL INTEREST. This disguise is convenient. But there can be no imposition for the so-called general interest. Coercing in the name of the general interest fuels in fact special interests. It cannot be otherwise when power is CENTRALISED. In addition, and in consequence, coercion in the name of public interest amounts to the annihilation of the individual, and his aspirations and his differences. We are all different, and our differences should be respected. Presumption in the form of imposition is very detrimental. It comes to be DESTRUCTIVE ARROGANCE. Presumption is the basis of any REVOLUTION, a revolution being a project the aim of which is the substitution of one power for another.